EMC intègre des disques Flash de 400 Go

mars 19, 2009
EMC remplace les disques FC par des disques Flash

EMC remplace les disques FC par des disques Flash

Les baies Symmetrix DMX-4 d’EMC bénéficient dorénavant de disques Flash de 200 et 400 Go conçus pour les applications transactionnelles les plus exigeantes. Ces nouvelles capacités seront également disponibles dans les gammes Celerra et Clariion du constructeur dans le courant de l’année 2009, en combinaison avec des disques SATA.

On notera que le coût du Giga-octet a baissé de 76% en un an – par la simple substitution des disques Fibre Channel, remplacés maintenant par des supports Flash professionnels. L’absence de mécanique permet d’augmenter la fiabilité du système de stockage tout en réduisant sa consommation électrique. Selon EMC, la comparaison des cycles de vie et MTBF entre disque dur et disque Flash joue maintenant en faveur du dernier. En outre, ses écritures aléatoires sont plus performantes et sa production est en croissance forte.

En pratique, l’énergie consommée par transaction pourrait baisser jusqu’à 98%, la baie haut de gamme gérant jusqu’à 2,67 fois plus d’Entrées/Sorties par seconde.

Publicités

Sun CMT : des serveurs verts, moitié moins chers

février 28, 2009

Virtualisation, efficacité énergétique et prix revus à la baisse chez Sun. D’une part, la virtualisation progresse avec la version 1.1 des LDoms (domaines logiques) du fournisseur californien. D’autre part, les serveurs SPARC Enterprise améliorent leur ratio performances/consommation électrique et voient leur prix baisser avec des rabais pouvant atteindre 40% sur certains modèles pourtant récents.

Les gains de performances proviennent en grande partie de la combinaison du composant CMT (chip multi-threaded), des LDoms et des processeurs UltraSparc. D’après John Fowler, executive vice president en charge du System Group de Sun Microsystems : « cette plateforme est un pack complet de virtualisation et de consolidation offrant des économies considérables en terme de puissance, d’espace et de refroidissement. Elle répond à l’attente de nos clients actuellement confrontés à une période d’incertitudes. »

Les lames d'HP accueillent Solaris, l'Unix de Sun

Les lames d'HP accueillent Solaris, l'Unix de Sun

En temps de crise, il faut faire feu de tous bois : Sun et HP viennent de s’accorder pour porter Solaris sur plusieurs modèles de serveurs HP (ProLiant et serveurs à lames). La virtualisation permettra de faire cohabiter ainsi des applications sous Solaris, sous Windows Server et sous Linux.

Dernier né des serveurs verts de Sun, le Sparc Enterprise T5440 supporte de grosses charges applicatives de type ERP, CRM, les bases de données et les traitements de simulation ou transactionnels. Il intègre la technologie CoolThreads et contribue, sous l’environnement Solaris, à réduire les coûts et l’espace occupé dans le data centre.


Android peut devenir énergivore

février 20, 2009

L'OS Android de Google s'imisce chez l'équipementier chinois Huawei

L'OS Android de Google s'imisce chez l'équipementier chinois Huawei

Le Mobile World Congress de Barcelone concrétise la percée (timide) de l’environnement système de Google. Android doit se frayer une place entre les systèmes issus de linux, mais surtout entre les leaders actuels du marché mobile, à savoir Symbian, Windows Mobile et l’OS RIM (Blackberry). Sans oublier l’iPhone d’Apple, le combiné le plus copié du moment.
En fait, la démo la plus bluffante du salon, revient cette année à une surcouche graphique pour Android, issue de l’éditeur norvégien TAT. Elle transforme l’accès aux fonctions de cartographie GPS, aux contacts et aux contenus audiovisuels en une nouvelle expérience qui s’apparente au défilement d’images introduit par Apple avec Cover Flow. De bien jolis gadgets animés vont donc rejoindre nos combinés Internet. Mais ces compléments présentent tous le même défi à relever : réduire la voracité énergétique. En effet, le rythme d’évolution des batteries est loin de suivre celui, effréné, des fonctions embarquées dans le téléphone mobile.
L’équipementier chinois Huawei consacre à Android un coin complet de l’un de ses deux stands immenses. L’espace en question – à dominante verte comme il se doit – témoigne de la volonté du groupe de livrer les marchés asiatiques et occidentaux en combinés et infrastructures à bas prix, à défaut de faible consommation. Tant que le lien étendu est maintenu, l’environnement de Google se comporte naturellement en client des services Google Apps hébergés. Cela offre donc aux salariés nomades une grande diversité de collaboration, y compris sur les documents les plus récents.
HTC, pour sa part, s’apprête à livrer le combiné G2 sous Android à l’opérateur Vodafone. Ce smartphone, plus léger et légèrement plus compact que l’iPhone, lui emprunte son écran tactile et son clavier virtuel. Des fonctions photo et vidéo plus poussées que celles du combiné Apple sont embarquées dans le G2 – même si l’on est loin des 8 Mega-pixels aperçus chez LG, Samsung et quelques autres. A ce propos, la course à la haute définition semble propre à saturer les cartes mémoires miniaturisées. Mais les derniers combinés lancés restent affublés d’une lentille plus orientée vers l’amateur de Pif Gadget que vers le véritable chasseur d’images…


L’Union Européenne fixe le gaspi à 2 Watts maximum

février 11, 2009

veilleLes appareils électroniques continuent à consommer en mode veille et même à l’arrêt tant qu’ils restent connectés. Leur multiplication représente déjà 1 % des émissions de CO2 dans le monde et 10 % de la consommation des ménages Européens.
A ce rythme, « la perte d’énergie issue des équipements à l’arrêt pourrait atteindre 49 TWh en 2020, contre 47 TWh en 2005 », prévient l’Union Européenne.
Dès 2005, l’UE a limité à 3 W la consommation en mode veille des nouveaux produits. La directive 2005/32/CE, entrée en vigueur le 7 janvier 2009, fixe dorénavant à 2 W la consommation en mode veille et à 1 W la consommation d’électricité des appareils à l’arrêt. Deux échéances sont prévues pour réaliser une économie de plusieurs milliards d’Euros à terme : début 2010, les nouveaux produits devront respecter ces deux nouveaux seuils. Et, début 2013, les deux niveaux de consommation d’électricité seront encore réduits de moitié.


Cisco lance une solution de gestion de l’énergie complète pour datacenter [vidéos]

février 9, 2009

image-4Green IT 1.0 ; Energy as a Service. Quel que soit le terme utilisé pour la décrire, Cisco a présenté sa nouvelle solution EnergyWise, lors de son Cisco Networkers qui s’est tenu à Barcelone il y a quelques jours, comme l’une des premières solutions vraiment mature de gestion de l’énergie.  Si l’idée est bonne, reste à prouver son efficacité réelle dans les datacenters. 

  • Sur le papier, la solution vise à éteindre les machines automatiquement quand elles ne sont pas utilisées. EnergyWise mesure en temps réel, rapporte et réduit significativement la consommation d’énergie des équipements IP (Internet Protocol) tels que les téléphones, les ordinateurs portables et les bornes d’accès. Selon Cisco, “les problèmes induits par les solutions propriétaires sont ainsi résolus. La solution automatise la gestion de l’énergie dans le datacenter, à partir de n’importe quelle adresse IP”. 
  • A terme, le même logiciel devrait être capable d’éteindre les lumières, les radiateurs, les ascenseurs ou la climatisation, ou tout système consommant de l’énergie dans un datacenter, ou un immeuble de nouvelle génération, à vocation verte. 
  • Trois ans de développements et un rachat il y a deux semaines de la société californienne Richard-Zeta Building Intelligence (basée à Santa Barbara), ont permis de donner naissance à ce middleware qui fera partie des prochaines mises à jour de IOS des Catalyst. 

 

En fait, Cisco n’en est qu’au début de ce programme. Le géant prévoit ce lancement en trois phases, Lire le reste de cette entrée »


PTC acquiert un expert de la conformité environnementale

décembre 23, 2008

Avec l’acquisiton de Synapsis Technology et de son équipe de 25 salariés, l’éditeur PTC met la barre vers l’éco-conception et la prise en compte des règles environnementales en amont et en aval du design.

Le logiciel Emars rejoint la gamme PTC

Le logiciel Emars rejoint la gamme PTC

La solution Emars et les services PLM de Synapsis Technology sont déjà appréciés de plusieurs grands noms comme Cisco, Ericsson, GE, IBM, Motorola, Microsoft ou Sony. L’entreprise privée rejoint PTC dans le cadre d’une transaction financière dont le montant n’a pas été dévoilée.

L’éditeur Américain confirme son intention d’accompagner le cycle de vie complets des produits verts. Il entend aider ses clients à respecter les règles environnementales telles que RoHS, WEEE, ELV ou REACH. La norme Européenne REACH cible, rappelons-le, les substances chimiques à risque présentes dans la réalisation des produits.

La solution brevetée de Synapsis trace donc ces substances ainsi que les composants et matériels retenus lors de la production. Elle étend ainsi le référentiel de données produits et enrichit les rapports et les analyses des bureaux de design, des ateliers de production, de récupération et de recyclage des produits en fin de vie. Elle va compléter l’offre PDS (Product Development System) de PTC en apportant notamment une optimisation des processus et en évitant d’avoir à refaire une partie de la conception des produits à cause d’un échec aux tests de conformité.


HP ajuste la puissance électrique consommée dans les datacenters

novembre 17, 2008

image-1

HP proposera dès mi-décembre une technologie originale pour limiter la consommation électrique de son datacenter. Cette technologie vient enrichir sa gamme Thermal Logic.

Le Dynamic Power Capping est une première sur le marché. Cet outil permet de plafonner la puissance électrique consommée par les systèmes. Il permet ainsi d’adapter dynamiquement l’allocation des ressources énergétiques et de refroidissement d’un centre de calcul en ajustant automatiquement la puissance électrique consommée par les serveurs. Dès lors, il n’est plus nécessaire de surdimensionner l’alimentation électrique : la puissance requise pour le bon fonctionnement de chaque serveur est automatiquement limitée. Le surplus d’énergie ainsi libéré peut être utilisé pour renforcer la puissance du centre de calcul. Ceci permet le triplement du nombre de serveurs avec une même allocation d’énergie et une même infrastructure. Selon HP, la consommation électrique peut être réduite de 25 %, pour des économies de l’ordre de 300 000 $ par an (HP Performance Engineering Team, 2008 research). En complément, le logiciel HP Insight Control Environment permet de mesurer de façon précise et de gérer la consommation et le dégagement de chaleur d’un ensemble de systèmes à partir d’une console centrale grâce à des tableaux de bords.