Vertualiser.com accueille les études d’IDC sur le Green IT

mars 30, 2009

image-31L’équipe de Vertualiser.com et le Cercle Héra ont le plaisir d’accueillir IDC France comme invité spécial sur son site dédié au Green IT.

A retrouver dans la rubrique « Les incontournables », deux études du cabinet de consulting IDC France. Quelles sont les raisons qui ont poussé les entreprises à adopter une stratégie Green IT ? Le Green IT est-il une priorité pour les entreprises françaises ? Quels sont les enjeux et les bonnes pratiques pour mener à bien un projet Green IT ? Autant de questions auxquelles les experts de IDC France ont répondu. D’autre études et interviews devraient suivre dans les semaines à venir.

Publicités

[Bonnes pratiques] Les conseils de APC aux DSI

février 10, 2009

Tous les DSI sont-ils prêts à dépenser +20 à 30% pour être Green ? Même si la démarche écologique les séduit, ils n’en sont pas encore tous là. L’approche doit être justifiée. Et le « Tout Green » est toujours complexe à envisager. Comment s’y prendre ?

Ecoutez Christophe Pinard, Team Leader Enteprise d’APC partager son expérience terrain avec les DSI, et ses conseils pour envisager une démarche Green lors de la refonte ou l’amélioration de son datacenter.


[Contrepoint ] « SaaS n’équivaut pas forcément à éco-responsabilité »

février 9, 2009

Jean-Michel Franco, Business Solution Director pour la société Business & Decision, dont nous avions présenté le futur datacenter super-green prévu pour cette année, n’est pas d’accord avec la tribune libre de Arnaud Hacquart de Youssas que nous avions publié il y a quelques jours. 

Pour lui, il y a un risque non nul que l’entreprise qui externalise se sente moins éco responsable, justement parce que le service choisi n’est pas interne à l’entreprise. Mais attention, cela n’empêche pas l’entreprise de choisir un partenaire SaaS ou un prestataire de hosting avec en tête de son cahier des charges une démarche Green IT.  

“Je ne suis pas du tout d’accord avec son propos, car à mon sens  ce n’est pas basé sur des faits ; le seul argument un peu factuel évoqué c’est laconsommation de postes client, et ce n’est pas parce que vous avez des applications SaaS que les  postes de travail consommeront moins. D’ailleurs, beaucoup de fournisseurs SaaS font évoluer leurs applications pour qu’elles fonctionnent en mode non connecté à certains moments. A terme, cela nécessitera de la puissance de traitement sur le poste de travail. Quand à l’argumentaire général, c’est exactement comme si on disait que dans l’industrie, externaliser sa production s’inscrivait par défaut dans une démarche évidente de développement durable ! Je n’utilise pas l’image de l’externalisation dans l’industrie au hasard car ma conviction, c’est qu’au contraire, il y a par défaut un risque environnemental lié au mode SaaS et à l’externalisation en général si le consommateur du service ne prend pas l’initiative de rendre des comptes à son fournisseur. Cette nécessité de transparence est tout l’enjeu derrière notre Greenethiquette et que nous prévoyons de lancer dès que nous serons officiellement inclus dans le programme du code de conduite europée, un programme qu’à notre connaissance encore très peu de prestataire SaaS et de hosting se sont engagé à rejoindre »


Les budgets informatiques passent au vert

janvier 26, 2009

Dans un futur proche, les entreprises occidentales moderniseront leur infrastructure technique. Elles veulent profiter des dernières technologies – plus économiques et à basse consommation – pour délivrer de meilleurs services, plus performants et offrant davantage de capacité. Les budgets informatiques – relativement stables dans les pays occidentaux – seront donc alloués différemment en 2009.

Le cabinet Gartner révèle plusieurs changements notables dans les investissements à venir. Sa dernière enquête en date, menée auprès de 1527 DSI dans 48 pays jusqu’à la mi-décembre 2008, représente quelques 138 milliards de dollars investis en informatique. Elle souligne les nouveaux challenges des entreprises et des collectivités.

« Contrairement aux cinquante dernières années, les décideurs sont confrontés aux défis globaux de l’économie et cela se reflète dans leur stratégie, leurs priorités et leurs dépenses informatiques, » note Mark McDonald, vice-président des recherches du Gartner. Sans être paralysés par les conditions économiques, les managers misent sur l’informatique verte pour réduire  les coûts d’exploitation, optimiser les procédures, les pratiques et les échanges d’information.

Dans le Top 10 des priorités technologiques pour 2009, on retiendra l’aide à la décision, les applications métiers, les plateformes serveurs et de stockage, la modernisation des applications en place, le travail collaboratif, la convergence des réseaux voix-données, l’infrastructure technique, les mesures de sécurité, l’architecture SOA et la gestion documentaire.

Pour en savoir plus sur cette étude, consultez l’interview vidéo de Mark McDonald, vice-président des recherches du Gartner :


Avis d’expert : Saas et Green IT sont complémentaires

janvier 23, 2009

arnaudhacquartchoix2

Plus qu’un simple effet de mode, le Saas continue de faire couler beaucoup d’encre et d’étaler ses différentes vertus. Flexible et simple par nature, l’approche Saas a su répondre à une équation complexe: Une qualité de service toujours plus importante à un coût accessible. Au delà de ces éléments, le Saas apparaît comme un moyen pragmatique d’engager une démarche Green IT à grande échelle ! Afin d’illustrer notre propos, il convient tout d’abord de donner une courte définition des notions de Saas et de Green IT afin de bien cerner les éléments expliquant leur parfaite complémentarité.

Le Software as a Service (SaaS) est une technologie consistant à fournir des services ou des logiciels informatiques par le biais du Web et non plus dans le cadre d’une application traditionnelle. Ce concept prend la suite de celui d’application service provider (ASP). Saas est un modèle de livraison d’application où l’éditeur développe une application de type « client léger » et héberge le service pour ses clients qui l’utiliseront via Internet. Les clients ne payent pas pour posséder le logiciel en lui-même mais plutôt pour l’utiliser

Le GreenIT, que l’on pourrait traduire par informatique écologique, est une tendance technologique réelle qui consiste à tenir compte des contraintes et des coûts en énergie (alimentation électrique et climatisation) des matériels informatiques et plus généralement des incidences de l’informatique sur l’environnement. Cette approche est probablement avant tout une tendance lourde de l’industrie informatique car les enjeux financiers liés en particulier à la consommation électrique des serveurs sont importants. Logiquement, le champ du GreenIT devrait couvrir tous les aspects du développement durable et du cycle de vie des équipements dédiés aux technologies de l’information. Aujourd’hui, l’un des objectifs du Green IT est de mesurer et d’améliorer la performance énergétique des outils de production informatique.

Il est donc évident que Saas et Green IT se positionnent comme des compléments. En effet, le Saas s’inscrit pleinement dans la grande mouvance de la virtualisation qui a pour objectif de conjuguer performances et Green IT. La virtualisation d’applications et la démarche Saas sont donc des composantes centrales de l’approche Green IT dans la mesure où elles permettent aux entreprises de changer leurs habitudes de travail et de préserver l’environnement. Ainsi, il n’est aujourd’hui plus nécessaire de bénéficier de postes de travail surpuissants et consommateurs d’énergie pour accéder à des applications professionnelles. Il est possible d’utiliser un client léger qui accédera aux applications Saas. Ce premier élément va faire baisser la facture énergétique liée à l’utilisation des terminaux. Pour les entreprises ayant mis en place une démarche Green IT dans leur intégralité des baisses de consommation peuvent atteindre 40 % .

Autre élément découlant de ce premier constat : utiliser le mode Saas revient également à accroître la durée de vie du parc de terminaux qui ne jouent pour ainsi dire qu’un rôle d’affichage. Le matériel n’est alors pas rapidement obsolète au regard de PC. Au-delà de l’aspect énergétique, l’approche Saas permet aussi de limiter la diffusion de supports physiques ( CD, blister…) qui ne l’oublions pas représentent d’énormes quantités de matériaux hétérogènes à recycler ( Plastiques, papiers…).

Saas et Green IT semblent avancer dans le même sens. Le Saas est donc à la fois une source de bénéficies opérationnels pour l’entreprise mais également une composante importante d’une démarche citoyenne orientée développement durable.

Arnaud HACQUART, Président de Yousaas